La 3D créative

Dans la lancée du pack démo pour les kits moteurs WireFree, c’est une mission “design d’objet” ce mois-ci pour Pepper studio avec cette nouvelle demande de Somfy qui nous a confié la conception complète (forme et graphisme) de deux présentoirs showroom pour les shops américains de la marque NextDayBlinds. Ces 2 displays (un grand + un petit pour s’adapter aux configurations des boutiques), devaient mettre en scène dans une ambiance déco "chic & cosy", l’ensemble de l’offre WireFree, la solution connectée de motorisation sans fil pour stores d’intérieur.
La contrainte majeure consistait à présenter dans des espaces relativement réduits (surtout pour le petit module), une à deux fausses fenêtres et leur store motorisé, une gamme de 6 télécommandes +  5 interrupteurs muraux + 1 boîtier de connexion au réseau internet + 1 smartphone, 1 commande vocale Alexa, 1 enceinte + 1 à 2 éclairages connectés et enfin, un nuancier de 10 échantillons tissus pour le choix des occultants. Conçus pour des showrooms et des boutiques high end, à destination d’une cible principalement féminine, ces 2 displays devaient s’inscrire dans les tendances de la décoration d’intérieur, avec une attention particulière sur le choix des ambiances couleurs et des matériaux utilisés.

Un travail en 3 temps

Le travail s'est déroulé en trois temps : tout d’abord une recherche de formes et de volumes avec sa phase d’esquisses crayonnées, puis la création de planches de tendances permettant de choisir avec le client les styles de décos, les combinaisons de couleurs et de matériaux. Et enfin l’habillage graphique des différentes surfaces de communication avec leurs messages principaux .

Un travail en 3D

Une fois les premiers layouts jetés sur le papier, ce type de création en volume exige de passer rapidement sur un logiciel de 3D, à savoir SketchUp dans le cas présent, un soft de modélisation et de rendu très intuitif qui permet de partager avec une communauté mondiale, une importante bibliothèque d’objets modélisés utilisables gratuitement. Idéal pour mettre en scène rapidement, luminaires et autres objets de déco.

Mais l’autre intérêt du travailler sur un soft 3D dès la phase de recherches, au-delà de sa fonction première consistant à produire une vue 360° de volumes ou d'imbrications de formes complexes et difficiles à projeter mentalement, c’est également la potentialité insoupçonnable du facteur “hasard” qui peut s’avérer source d’inspiration et de créativité…
Je m’explique : dans toute expression artistique, il arrive que le déclic créatif naisse d'un aléa pouvant survenir au détour d’un petit accident, comme un coup de crayon ou de pinceau maladroit, un mélange de couleurs inattendu.
Avec un logiciel aussi intuitif que SketchUp, les manipulations, additions ou soustractions des volumes, les étirements ou pivotements de surfaces, s’apparentent de près à un modelage manuel. Et très souvent, une "fausse manip" peut transformer une erreur numérique, un accident virtuel en bonne surprise : une forme alambiquée, difficilement visualisable mentalement, peut s'avérer une vraie piste à explorer grâce à l’outil digital. Ce dernier ne sert plus seulement à transcrire et mettre en forme une idée. Il devient la source même de l'idée.

Bon, relativisons tout de même. Je ne suis pas en train de dire que les outils informatiques permettent aux créatifs d'économiser leurs neurones. Pas plus qu'une bonne idée ne tient qu'au fruit du hasard ou d'une manipulation fortuite dans le process de conception. Un logiciel ne pourra devenir source d'inspiration que s'il est au service d'un esprit curieux et inventif. L'intelligence atificielle ne possède pas encore d'hémisphère droit... et c'est tant mieux !

24 avril 2019

Design d'interface (UI) d'une fausse appli de rencontre

5 juin 2019

Hifi & branding

Vous voulez des cookies ?
Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.
Accepter
Refuser